Au cours du BL Day Santé-Social 2021 organisé par Berger-Levrault, différents acteurs de la transformation numérique en santé (Dominique Pon, Responsable ministériel au numérique en santé, des représentants des secteurs sanitaire et médico-social et et de Berger-Levrault) se sont réunis pour échanger sur la stratégie nationale du numérique en santé et les enjeux de la feuille de route  « Ma santé 2022 : un engagement collectif ».

Intervenants présents à la table ronde :

  • Dominique Pon, Responsable ministériel au numérique en santé (Ministère des solidarités et de la santé)
  • Jean-Loup Durousset, Président du groupe de cliniques Noalys et Ancien président de la Fonction Hospitalière Privée (FHP)
  • Francis Manzac, Directeur des Systèmes d’Information (DSI) et de l’Innovation d’Arpavie (groupe associatif gestionnaire de résidences pour personnes âgées)
  • Franck Toufaili, Directeur du pôle Santé-Social de Berger-Levrault
  • Tugdual Le Bouar, Directeur Général Délégué de Berger-Levrault 

« Le terrain depuis 20 ans est un bazar incroyable »

Entre des solutions qui ne communiquent pas entre elles, des ruptures dans le parcours de soin numérique, le manque de sécurisation des données ou encore l’absence de données numériques disponibles pour le patient, Dominique Pon, responsable ministériel en charge de mener la transformation numérique en santé fait un constat simple « le terrain depuis 20 ans est un bazar incroyable ». Jean-Loup Durrousset, Président du groupe de cliniques Noalys, et Francis Manzac, Directeur des Systèmes d’Information et de l’Innovation d’Arpavie, abondent en ce sens et témoignent de leur besoin urgent d’outils capables de communiquer entre les professionnels du sanitaire, du médico-social, du soin à domicile et les médecins traitants.

Fort de ce constat, Dominique Pon, à la demande du gouvernement, a proposé une feuille de route « issue du terrain ». L’État s’y engage à fournir des services socles, des infrastructures communes, tandis que les éditeurs sont en charge de développer des solutions interopérables selon un cahier des charges préétabli par l’État. Le gouvernement se donne les moyens de ses ambitions avec 2 milliards d’euros consacrés au numérique en santé dans le cadre du Ségur pour aider l’ensemble des acteurs à négocier ce virage numérique.

La feuille de route Ma Santé 2022 comporte deux volet. Le premier consiste en l’élaboration d’outils communs pour améliorer la circulation des données : e-carte vitale, identification nationale de santé, e-carte de professionnel de santé… Le second implique la création d’un espace numérique en santé. Cet espace sera disponible dès le 1er janvier 2022 aux citoyens Français. Ils pourront y stocker leurs données de santé en toute sécurité, échanger via une messagerie sécurisée avec les professionnels de santé, utiliser un agenda de santé numérique et accéder à un magasin numérique d’applications citoyennes garanties par l’État comme interopérables et sécurisées.

Avec l’ensemble de ces mesures, la volonté publique est de construire un numérique en santé éthique, citoyen et souverain.

« L’État est dans le match ! »

Dominique Pon déclare « L’État est dans le match par rapport à notre engagement ! ». Mais si l’ANS garde le cap et respecte le calendrier établi, la coopération entre les acteurs est la clé pour la réussite de cette transformation numérique, comme le souligne justement J-L Durrousset. La main est maintenant aux industriels avec l’implémentation des services socles et le développement d’applications citoyennes. Du côté des professionnels de santé, l’enjeu réside dans la restitution des données de santé aux citoyens.

« Nous sommes au rendez-vous. »

Mais quelle est la réponse de Berger-Levrault face à ces enjeux de transformation ? Depuis le début, comme le rappelle Franck Toufailli, directeur du pôle Santé-Social de Berger- Levrault, l’éditeur travaille main dans la main avec l’ANS pour mettre en conformité ses solutions. Il est d’ailleurs le premier à appliquer l’INS dans les Ehpad. De plus, Berger-Levrault endosse le rôle d’accompagnateur du changement auprès de ses clients dans ce projet que Franck Toufaili qualifie de « révolutionnaire et d’inclusif ».

Avec la feuille de route Ma santé 2022, le gouvernement semble ainsi avoir pris la mesure du besoin criant d’outils simples adaptés au terrain à l’usage et au bénéfice immédiat pour les professionnels de santé et les citoyens également. Dominique Pon nous promet d’ailleurs des effets visibles dans les mois et années à venir.

BL Day Santé-Social : table ronde « Ma santé 2022 : Finalité et point d’avancement »

Quelles sont les grandes lignes de la feuille de route du numérique en santé ? Quelles sont les problématiques terrains rencontrées par les professionnels de santé ? Comment Berger-Levrault répond aux exigences numériques de Ma Santé 2022 ?

Pour aller plus loin, découvrez l’intégralité de la table ronde du BL Day Santé-Social en replay.

Voir le replay

BL Day Santé-Social : atelier « Ma santé 2022, décryptage et conseils »

Lors de cet atelier du BL Day Santé-Social, les experts métiers Berger-Levrault abordent de manière pratique les évolutions induites par la feuille de route “Ma santé 2022”.

Voir le replay